Femmes et Hommes

Femmes et Hommes

Pierre Claver AKENDENGUE

 

 

Nombreuses sont les dénominations attribuées sur la toile, à Pierre Claver Akendengue (PCA), affectueusement appelé « tonton Coco ». Nous pouvons citer : chanteur, auteur-compositeur, musicien, poète, philosophe, grand maître de la musique africaine, artiste complet, artiste résolument moderne…

 

Né le 25 avril 1943 à Awuta, dans la lagune du Fernan-Vaz sur l’île de Ningué Sika, à l’Ouest du Gabon, il commence à composer des chansons à l’âge de 14 ans, guidé par la musique et les chants traditionnels de son enfance passée auprès de deux de ses oncles. A la fin de ses études secondaires faites à Libreville, il part pour la France au milieu des années 1960 pour y étudier la musique et la psychologie dont il obtient un doctorat. Son parcours musical va se construire autour de plusieurs rencontres et collaborations déterminantes.

 

Il y a d’abord celle de Pierre Edgar Moundjegou dans les années 1950 lorsqu’il était encore élève au Collège Bessieux de Libreville. Passionné d’écriture comme PCA, il lui écrira des textes d’une grande profondeur comme Le chant du coupeur d'okoumé.

 

Au milieu des années 1960 à Paris, il y a celle de Mireille qui lui ouvre les portes du Petit conservatoire de la chanson où il s'inscrit en 1967. Il finira troisième au concours "La fine fleur de la chanson" avec sa chanson-poème Poe, plus connue sous le titre de Considérable. C’est Mireille qui l’encourage à chanter dans sa langue maternelle et celle-ci deviendra son media  de prédilection en plus du français qui est pour lui « une très belle langue ». Cependant, les maisons de disques refusent ses chansons. C'est donc à compte d'auteur (frais financiers à sa charge) et grâce au prêt financier d'un ami Togolais, qu'il enregistre à Paris son premier 45 tours où figurent Ghalo-Ghalo sur la face A et, sur la face B, le chant du coupeur d’okoumé.

 

Au début des années 1970 toujours à Paris, il rencontre le chanteur-poète Pierre Barouh, créateur du label Saravah (qui veut dire le salut, la bénédiction) sous lequel PCA et d’autres artistes comme Jacques Higelin se sont librement produits. Premier artiste africain à signer un album sous ce label, il y enregistrera son premier, Nandipo.

 

Quant à la rencontre de Claude Nougaro, l’ami et complice qui le définissait dans les années 1970 comme « l’Africain de la chanson française », elle donnera lieu à « La voix d’AKENDENGUE » qu’il lui écrira en 1989 et chantera pour lui.

 

L’univers de Pierre Claver Akendengue est empreint de dualité qui reflète une approche quasi ésotérique du monde et de la place de l’homme au sein de la planète terre nourricière. Il nous fait voyager dans un monde onirique et philosophique à travers sa vision de la formation du monde et dans un espace d’Universalité de l’Etre par les valeurs qu’il promeut et qui sont récurrentes dans son œuvre : humanité, liberté, unité panafricaine incluant la diaspora. Il se démarque aussi par son style musical qui met en scène de façon unique et quasi théâtrale les contes d’autrefois, partagés oralement autour d’un feu et « imagés » par les récits qui leur donnent vie dans notre imaginaire. Il dit d’ailleurs que « la chanson comme le théâtre, c’est une ouverture au monde ».

 

L’émission « Pierre Akendengué, l’homme qui parlait la langue des oiseaux - Première partie », diffusée sur France Inter le 23 nov. 2014, nous livre de nombreux éléments sur le fondement de la musique de PCA. Pendant la diffusion de la chanson « Africa Obota » au cours de l’émission, l'artiste dit ceci : « la terre est notre parente et quand je dis ‘‘Afrika Obota’’ ‘(‘l’Afrique notre Mère’’), pour moi l’Afrique est un être vivant. Tous les pays sont les enfants d’Afrique ». Et d’ajouter que « c’est une ode à l’unité de l’Afrique ».

 

Dans cette chanson sortie en 1976, on retrouve le thème de la liberté, cher à son répertoire, qu’il nous livre souvent sous forme de contes où les oiseaux tiennent la première place. L’artiste révèle en effet que pour les Nkomi, peuple du Gabon auquel il appartient, « de tous les êtres de l’univers, les plus proches parents des humains ce sont les oiseaux ». Ces derniers ont d'ailleurs la part belle dans les chansons Poe et Considérable évoquant un oiseau qui provoque la tombée de la pluie, une pluie salvatrice et purificatrice, à chaque fois qu’il chante. Tout cela sur fond de combat pour la liberté. C’est dans cette conception de l’homme et/avec la nature qui lui rappelle son enfance, que PCA puise son inspiration.

 

Un autre sujet qui lui est aussi cher que la liberté, est celui de la fierté d’appartenir à une terre et l’ancrage à ses racines. Il les évoque dans sa chanson Negro écrite à la fin des années 1950 alors qu’il est en classe de 4ème. Il l’enregistrera bien plus tard sous le label Saravah.

 

L’année 1985 est celle du retour au Gabon, encouragé par Claude Noungaro qui estimait qu’on ne lui donnait pas la place qu’il méritait en France. De retour sur sa terre natale, PCA instaure un lieu de rencontre artistique pour les jeunes artistes, le Carrefour des arts, qui dispense aussi des formations. La talentueuse Annie-Flore Batchiellilys en est un pur produit, tout comme d'autres artistes.

 

Le projet de l’album Lambarena : Bach to Africa de Hughes de Courson démarre en 1993. C’est aussi l’année du  quatre-vingtième anniversaire de l’hôpital de Lambaréné, au Gabon, créé par le Docteur Albert Schweitzer. Pierre Claver Akendengue participe au projet en son hommage. L’album qui sort en 1995, offre un voyage musical inédit entre le classique de Jean-Sébastien Bach et la tradition gabonaise.

Ses albums suivants, Maladalité (1995) ou Carrefour Rio (1997) reprennent son style reconnaissable entre tous. Il y aborde, comme par le passé, les rapports humains qui sont préférés à l’argent, la condition des plus pauvres et des Africains opprimés. 

 

L’œuvre de Pierre Claver Akendengue a été reconnue en juin 2015 par L’Organisation des Nations Unies parmi les 16 icônes de la culture mondiale dans le cadre du concert ayant pour thème : « Le pouvoir transformateur de la musique ».

 

Nul doute qu’elle continuera à éveiller les consciences.

 

Décoration :

 

Chevalier de l’Ordre de la Légion d’Honneur : https://ga.ambafrance.org/Decoration-de-Pierre-Claver

 

Distinctions :

 

« Prix de la jeune chanson francophone » au Midem de Cannes 1976 pour l’album « Afrika Obota », en partage avec Gérard LENORMAN pour la France et le groupe Beau Dommage pour le Canada.

 

Prix Maraccas d'Or du meilleur record africain en 1979, pour son troisième album, Eseringuila, sorti en 1978.

 

Prix de la meilleure musique de film (Les Coopérants) au FESPACO en 1985.

 

 

Diane A.

 

 

Sources :

 

Pierre Akendengué, l’homme qui parlait la langue des oiseaux - Première partie 23 nov. 2014 : https://www.franceinter.fr/oeuvres/epuguzu

 

Pierre Akendengue par Pierre Claver Ré Gnambié : http://www.afrisson.com/Pierre-Akendengue-619.html

 

Frank Eisenhuth dans : https://myspace.com/pierreclaverakendengue/bio

 

Pierre AKENDENGUE, inclassable génie musical gabonais :

https://www.basango.info/Pierre-AKENDENGUE_a456.html

 

Pierre Akendengué : l’Africain de la Chanson : http://lucmelmont.canalblog.com/archives/2010/11/03/19510029.html

 

Quand Pierre Akendengué rencontre Jean-Sébastien Bach par François Bensignor : https://www.persee.fr/doc/homig_1142-852x_1996_num_1195_1_2621

 

Pierre Claver Akendengue en concert au siège de l’ONU : http://www.gaboneco.com/pierre-claver-akendengue-en-concert-au-siege-de-l-onu.html

 

https://www.jeuneafrique.com/mag/305820/culture/gabon-musique-pierre-akendengue-lhomme-libre/

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Akendengu%C3%A9

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Saravah

 

Suggestions de musiques et clips :

 

Pierre Akendengue - Considerable (de l'album "Africa obota / Nandipo") : https://youtu.be/yy9xu8qiTPI

 

Pierre Akendengue - Nkere (album "Awana W'Africa") : https://youtu.be/ozaGOzVdRbk

 

Pierre Akendengue - Nandipo (Africa obota / Nandipo) : https://youtu.be/tSz6fRPPjsM

 

Pierre Akendengue - Afrika obota (Africa obota / Nandipo) : https://youtu.be/ce2SeJBkWlo

 

Pierre Akendengue - Awana W'Africa (Awana W'Africa) : https://youtu.be/XVjgWALrAGE

 

Pierre Akendengue – Kukumulele : https://youtu.be/6AiA74yE-tE

 

BACH TO AFRICA - Sankanda+Lasset uns den nicht zerteilen : https://youtu.be/9sjXfkSDciI

 

"Lambarena" Joseph Gatti & Adiarys Almeida Round 2 USAIBC 06 : https://youtu.be/Tf9f8RJgoCU

 

SF Ballet in Val Caniparoli's "Lambarena" : https://youtu.be/ljZsxP3U_UE

 

Pierre Akendengue : Piroguier – Ogoouée : https://youtu.be/-UIxRYM1S5U

 

 

Pour aller plus loin :

 

Pourquoi l’album Eseringila a marqué un tournant pour Pierre Akendengué : https://pan-african-music.com/pierre-akendengue-eserengila/

 

Pierre Claver Akendengue poète-parolier de la liberté célèbre ses 50 ans de carrière musicale : http://info241.com/pierre-claver-akendengue-clame-de-liberez-la-liberte-a-l,1477

 

Bibliographie :

 

Serge Kevin Biyoghe, Pierre-Claver Akendengue, Le Clairon de la société, Edilivre, 2019

 

Juste Tindy Poaty, Pierre-Claver Akendengue ou L'épreuve du miroir, 2008

 

 



29/04/2020
0 Poster un commentaire